• Sur le travail

    Alors un laboureur dit : « Parlez-nous du Travail ». Et il répondit, en disant :             « Vous travaillez pour vous maintenir au diapason de la terre et de l’âme de la terre.             Car être oisif c’est devenir étranger aux saisons, et s’écarter de la procession de la vie qui marche avec majesté et fière soumission vers l’infini.             Lorsque vous travaillez, vous êtes une flûte à travers laquelle le murmure des heures se transforme en musique son cœur, les soupirs de vos heures se métamorphosent en mélodie.             Lequel d’entre-vous  voudrait être un roseau muet et silencieux,  alors que tout chante à l’unisson ?              Toujours on vous a dit…